Le mensonge de la transformation digitale aux Antilles-Guyane !

 

Soyons précis et concis. La transformation digitale aux Antilles-Guyane est un mensonge ou plutôt une chimère pour plusieurs raisons.

  1. Préférons parler de modernisation des outils de production avant d’envisager leur transformation. Le tissu économique est à une large majorité composée de TPE et soutenu par la commande publique. Dans les deux cas, cette typologie d’acteurs est très peu digitalisée.

Ailleurs les TPE ne sont pas plus avancées qu’aux Antilles-Guyane en revanche elles profitent de l’aspiration créé par les ETI et GE telles des pique-bœufs pour se transformer à marche forcée.

  1. Les PME, ETI et GE ont engagé leur mutation car la transformation digitale est une réserve quasi inépuisable d’amélioration de leur compétitivité : appareil de production, chaine logistique, productivité, engagement des collaborateurs…autant de leviers pour améliorer la maitrise des coûts et soutenir la création de nouvelles lignes de revenus.

Sur des marchés très concurrentiels, celui qui n’évolue pas est voué à disparaitre. Aux Antilles-Guyane, les éléments de différentiation sont rarement liés à la performance intrinsèque des organisations, à savoir produire le mieux possible pour offrir le meilleur prix possible.

Dès lors, les plus grandes sociétés n’engagent que très peu de moyens dans l’amélioration de leur performance impactant inexorablement un contexte peu favorable à une montée en gamme généralisée.

  1. Facebook, Instagram et tous les autres outils de communication sont si performants que leur utilisation est très aisée. En revanche en tirer le meilleur au service de l’entreprise est plus compliqué. Nous avons tous un petit cousin, un voisin, un stagiaire qui « peut faire ça pour rien ». Pourquoi ne pas alors laisser la gestion comptable et financière de l’entreprise à un étudiant en Bac+2 ?

Imaginez donc que l’architecte de votre immeuble de 3 étages soit également le carreleur, le BET structure et celui qui s’occupe du conseil.

Chez nous, cette absence de dichotomie dans la chaine de valeur devient au fil du temps contre-productive tant les entreprises deviennent suspicieuses sur le bien-fondé de cette transition risquant de décrédibiliser l’ensemble du marché.

La transition digitale est un investissement stratégique majeur pour l’entreprise qu’elle ne doit en aucun cas sous-estimer.

La transition numérique est une phase transitoire vers une situation plus pérenne d’amélioration continue mais en aucun cas limitée à la mise en place de moyens de communication (Facebook, vidéo, site web, etc.). Elle doit servir vos métiers, améliorer votre façon de produire et de vendre avant tout.

Pour tenter d’inverser la tendance, essayons ensemble quelques actions :

  1. Expliquons et répétons que chacun son métier, n’est pas Michel Morin qui veut ;
  2. Les fédérations d’entreprises doivent jouer à fond leur rôle de tête de pont pour l’acculturation de leurs membres;
  3. Dirigeants : ne sous-estimez pas la tâche. Informez-vous, formez-vous et entourez-vous !

Vous avez trouvé cet article intéressant, prenez rdv avec nous : Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.